Rechercher
  • Erika

Les protections périodiques lavables



Aujourd’hui, j’avais envie de vous parler des protections lavables, une alternative économique, écologique et plus saine pour nous les femmes.


Pour mieux comprendre, voici quelques chiffres et explications :


- ECOLOGIQUE ET PLUS SAINE : les tampons et serviettes jetables non certifiés bio, susceptibles de provoquer un syndrome du choc toxique, contiennent également des perturbateurs endocriniens.




Dans un rapport récent, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES) recommandait aux fabricants « d’améliorer la qualité [des protections périodiques] afin d’éliminer ou de réduire au maximum la présence des substances chimiques ». Des perturbateurs endocriniens suspectés et des sensibilisants cutanés connus ou suspectés (pesticides /phtalates) ont été retrouvés dans les tampons et serviettes hygiéniques.





· Les tampons sont entre autres composés de coton, plante certes naturelle mais qui est cultivée avec des engrais et des pesticides se retrouvant dans les sols pour doper sa productivité. De plus, c’est une très grande consommatrice d’eau (entre 7000 et 29000 litres d’eau pour produire 1kg de coton), tout cela pour des produits à usage unique.

Un des autres composants est la rayonne (aussi appelée viscose ou soie artificielle). C’est en réalité de la pulpe de bois cassée dans des bains de soude caustique. Dans un cadre industriel, cette soude peut être rejetée et va augmenter le PH des cours d’eau (menaçant la vie aquatique). On obtient alors des flocons qui seront mélangés à du disulfure de carbone pour former une pâte. Celle-ci va être transformée en fils refroidis par un bain de sulfates et d’acide sulfurique. Tout ceci n’est pas très rassurant.






· Les serviettes, quant à elles, sont toutes quasiment 100% pétrole, (donc plastique). L’impact de la transformation du pétrole est très important sur l’environnement. Le gel super-absorbant contenu dans les protections jetables est composé de cristaux de polyacrylate de sodium (dérivé pétrochimique).

· Pour finir, les tampons et serviettes sont très souvent emballés individuellement dans du plastique.










- ECONOMIQUE : une femme française dépense en moyenne 3200 € dans des protections périodiques, soit environ 85 à 90 € par an. Pour un investissement de 80/90 € pour du lavable (durée de vie moyenne de 5 ans), les économies sont de 335 € à 370 € sur cette période.







Voici quelques éléments qui vous aideront peut-être à vous orienter vers des protections lavables. Chez Trois Petits Points, vous trouverez toute une gamme adulte et ado avec des tissus garantis sans substance chimique nocive pour la santé.

158 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout